Sélectionner une page

Au cour des siècles, grâce à l’évolution et la sélection les cerveaux des animaux et les nôtres ont été conditionnés à l’étiquetage, la reconnaissance, l’évaluation et la classification des objets visuels. C’est à dire tous ce qui est vu par les yeux et qui s’affiche sur le fond du globe oculaire est analysé par le cerveau comme le ferait une camera couplée à une intelligence artificielle, sauf que dans ce cas elle n’est pas artificielle car c’est la nature qui l’a fabriqué et n’a cessé de l’améliorer au cours des siècles grâce à la sélection naturelle.

Seuls n’ont survécus ceux qui ont la plus grande faculté à voir, reconnaître, identifier, évaluer, comparer et classer, mémoriser.

Lorsque cela est dit on imagine combien nous sommes enclins par conditionnement et force de survie à effectuer toutes ses opérations d’une façon complètement automatique, inconsciente et à la fois naturelle. Inutile donc de se reprocher quoi que ce soit jusqu’à la ou encore d’en vouloir à ceux qui le font.

Des études en psychologie ont prouvé qu’en quelques secondes notre avis sur quelqu’un c’est forgé et qu’il sera très difficile de nous faire modifier ou changer cette première impression. C’est un biais psychologique surpuissant qui nous a aidé à survivre dans des temps très reculés mais qui aujourd’hui provoque plus de dégâts qu’autre chose.

C’est ce que nous allons voir dans cette vidéo.

Pourquoi et comment arrêter de mettre des étiquettes et de classifier les autres

Il existe un autre biais psychologique effrayant, c’est l’effet Rosental, encore une fois il est prouvé scientifiquement que les enfants vont se conformer même inconsciemment à l’étiquette qu’on leur aura assigné!! Si on lui colle l’étiquette bon élève il aura plus de chance d’être bon élève qu’un autre à qui on aurait collé aléatoirement l’étiquette mauvais élève. Les enfants vont avoir tendance à se conformer à l’étiquette qu’on leur aura collé.

Je le dis donc encore une fois arrêtez de mettre des étiquettes et encore pire d’évaluer et de classer!!

Pourquoi faut-il arrêter d’étiqueter?

Tout d’abord si vous le faites cela, si vous étiquetez les autres, c’est que vous les jugez et cela implique pour vous que les autres le font aussi. D’une façon inconsciente vous allez vous inhiber, entraver votre épanouissement naturel, votre développement personnel par peur d’être étiqueté et jugé par les autres. Pour le cerveau primitif, ne pas être accepté par les autres veut dire mourir. Le signal est donc très puissant. Vous allez avoir tendance à vous normaliser, c’est à dire, perdre l’essence de qui vous êtes, gommer vos singularités et donc vous priver de vos plus grands atouts dans le but d’être accepté par le groupe donc de survivre. Si vous maintenant vous êtes là, en vie c’est que vous avez votre place, vous avez le droit de vivre et d’exister en tant qu’être vivant et en tant que personne. Votre mission c’est d’être vous même, de vivre votre vraie vie afin de jouer pleinement votre rôle dans le monde et dans la société. De nos jours la société a compris que la diversité fait sa richesse et que l’inclusion, l’acceptation ne sont pas synonyme d’acculturation ou de dépersonnalisation. Vous comprenez donc l’écart entre ce que vous pensez, ce que vous souhaitez pour notre société et votre comportement effectif. Souvent les personnes les plus militantes dans les droits de l’Homme sont confrontées elles aussi à ce paradoxe.

Par réciprocité, si inconsciemment vous étiquetez, classez jugez, au même titre vous allez empêcher vos proches ou les personnes autour de vous de s’épanouir. C’est grave si vous avez des enfants ou si vous êtes formateur, éducateur, professeur auprès de jeunes personnes ou de personnes hypersensibles.

Ce comportement n’engendre que de la souffrance pour les autres mais aussi pour vous mais aussi pour la société et le monde en général.

Après l’étiquetage: l’évaluation et la classification

Après avoir collé une étiquette vient un mécanisme tout aussi inconscient et automatique: l’évaluation et la classification. On va donner une valeur puis ordonner, classer ses valeurs par orde.

Il y a des milliers d’années c’était très important de pourvoir identifier et évaluer soit le buisson avec le plus grand nombre de fruit comestibles ou le nombre et la force d’un groupe d’indigènes afin de prendre des décisions primordiales pour sa propre survie mais aussi celle du groupe. Mais aujourd’hui? avons nous encore besoin de cette fonction automatiques? Peut-on encore évaluer les personnes en un clin d’oeil, les juger, les catégoriser rapidement sachant qu’en plus nous avons un biais psychologique qui nous empêche de changer d’avis. Lorsque l’on parle de personnes, d’émotions, de particularité, on tombe tout de suite dans l’inacceptable. Ranger les personnes de la plus stupide à la plus intelligente, de la plus belle à la plus moche, de la plus maigre à la plus grosse, de la plus métisse à la moins métisse, que sais-je encore. Ah oui j’ai trouvé pire, de la plus spirituelle à la moins spirituelle.

Quels sont les réels mécanismes en jeu dans l’étiquetage, l’évaluation et la classification des êtres vivants, des humains entre-eux?

Quelles en sont les causes nous l’avons vu rapidement mais réfléchissez au conséquences, aux effets destructeurs et dévastateurs sur vous, sur les autres et sur la société, le monde en général.

Il est certains que les pires crimes contre l’humanité on été perpétués par des personnes qui étiquetaient, évaluaient et classifiaient les êtres vivants, les humains.

Pensez à ce que vivent certaines populations dans certains endroits du monde en ce moment.

Pensez à ce que l’on fait subir aux animaux que l’on mangent?

Pensez à ce que l’on fait à la nature, aux forets, aux espaces naturels parce qu’on leur à mis des étiquettes et que l’on les a classé MOINS IMPORTANTS QUE NOUS.

C’est un comportement automatique donc inconscient, inutile de vous en vouloir si vous prenez conscience aujourd’hui du mal que vous avez fait. Le plus important est d’arrêter maintenant.

Comment ne plus étiqueter?

Pour ne plus étiqueter il faut tout d’abord avoir connaissance de l’existence de ces comportements automatiques et inconscients. Maintenant que vous avez cette connaissance il va falloir reprendre le contrôle de votre cerveau pour empêcher le phénomène réflexe. Pour cela la pratique de la pleine conscience et de la méditation sont parfait.

On peut aussi s’entraîner à Développer l’amour de soi ou encore Développer la compassion, pour toutes ces pratiques vous découvrirez les vidéos correspondantes sur la chaîne.

Prendre conscience que l’autre est aussi un être humain, qu’il est de la même nature que nous, qu’il mérite qu’on le traite comme un sujet et non un objet est la chose la plus fondamentale.

Grâce à la pleine conscience on observe que mettre une étiquette sur quelqu’un revient à l’objectiver. Il perd son statut de sujet.

L’objectisation d’un être humain, d’un animal, de tout être vivant, y compris les plantes n’est pas acceptable. Tous ces êtres sont des êtres sensibles qui ont la capacité de ressentir et donc de souffrir.

Nulle besoin d’être spéciste ou vegan pour reconnaître la nature profonde des animaux, des plantes et encore plus des êtres humains. Cette nature profonde c’est leur nature spirituelle et elle est commune à tous. Nous sommes tous interdépendant et de même nature.

Si vous n’aimez pas la méditation ou le yoga et souhaitez vraiment mettre une étiquette alors mettez l’étiquette “ÊTRE SENSIBLE” ou “ÊTRE SPIRITUEL”, observez attentivement la nature autour de vous, tous les êtres vivants que cette nature abrite et nourrit. Prenez en soin, vivez ce lien que vous avez avec elle et entretenez-le comme un trésor.

J’espère que cette vidéo vous aura plu, n’hésitez pas à liker et vous abonner si ce n’est pas encore cela permettra sa diffusion à un  plus grand nombre.

Je vous aime

On se retrouve très bientôt dans la prochaine vidéo 😉

Pin It on Pinterest

Share This